Zoom Actus TETIS

UMR Tetis: une unité mixte de recherche pour les territoires et l'environnement par la télédétection et l'information spatiale.
  1. La trame noire

    Impact des lumières sur la biodiversité

    Jennifer Amsallem - interview du Midi Libre

    "La trame noire est fragmentée par la pollution lumineuse" 

    Jennifer Amsallem est ingénieure d’étude à l’Institut national de recherche pourl’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et travaille notamment sur latrame noire.Qu’est-ce qu’une trame noire ?L’idée est d’assurer une continuité écologique permettant aux animaux de se déplacer, d’unréservoir de biodiversité à un autre. Les espèces peuvent ainsi accomplir leur cycle de vie enassurant leur déplacement. La particularité de la trame noire est qu’elle est fragmentée parla pollution lumineuse. Nous travaillons pour la cartographier, la caractériser. C’est commetravailler sur la trame verte, identifier du bâti, des routes, des champs de cultures intensivesqui empêchent les animaux de se déplacer.Pouvez-vous nous donner un exemple ?...                                                                                                                                         ARTICLE SUR                                                                              

  2. Tetis

    Unités paysagères à l'échelle nationale

    Nouveaux produits du CES

    Paysage de THEIA sur le Brésil, Burkina Faso, France développés par Tetisl

     

    Trois produits Unités paysagères & un Manuel.Le CES Paysage propose une méthode « objective », utilisant essentiellement sur des données d’Observation de la Terre, pour définir les composantes du paysage. 

  3. Pierre Maurel

    Au revoir 2020 et bonjour 2021-2025

    Pierre Maurel

    Nouveau Directeur de l'unité Tetis

     

     

    PIERRE MAUREL2En écho au mot de Christiane et comme vous tous probablement, il me tarde que cette interminable annus horribilis 2020 s’achève, que nous puissions retrouver une vie plus normale en 2021, nous revoir et découvrir les nouveaux visages autrement que par écrans interposés. Nos pensées vont en particulier vers celles et ceux qui en ont le plus souffert, du fait de l’isolement, de conditions de travail à domicile difficiles, et pour nos étudiants, de leurs craintes pour leur formation et leur avenir.
    Au-delà de cette crise inédite dont les conséquences nous dépassent complètement, l’après 2020 de TETIS sera sensiblement différent de l’avant tout en s’inscrivant dans la continuité. Ce sera en effet le début d’un nouveau projet sur la période 2021-2025 pour un collectif riche de plus de 100 personnes.
    En matière de gouvernance et de vie de l’unité, cela va se traduire par un renouvellement partiel de la direction, des responsables d’équipes, des membres du Conseil d’Unité, la création des groupes ad-hoc, le dédoublement du CODIR en un volet gestion et un volet scientifique, des missions transversales. En tant que prochain DU, je tenais à remercier Christiane et tous les collègues qui se sont investis dans ces responsabilités d’avoir contribué à amener TETIS une nouvelle fois à bon port. Au 1er janvier, nous allons être plusieurs à prendre le relais, à prolonger ou réorienter des engagements significatifs au service du collectif. Apprendre à fonctionner dans cette nouvelle organisation prendra du temps pour l’ensemble du personnel. Nous le ferons chemin faisant, en nous formant, en apprenant de nos pratiques et de nos erreurs, en étant attentifs à l’éloignement de nos expatriés. Se projeter à cinq ans nous obligera aussi à anticiper une forte vague de départs à la retraite, à préparer la relève parmi le personnel d’appui et scientifique, à accompagner nos jeunes dans leurs premiers pas.
    En terme de contenu, l’accent sera mis sur le renforcement de l’interdisciplinarité pour tirer encore plus partie de la richesse de nos compétences et de nos outils. L’organisation mise en place y contribuera mais ce sera à chacun d’oser sortir de sa zone de confort pour aborder collectivement la complexité d’enjeux transversaux retenus par nos tutelles : transitions agro-écologique et numérique, sécurité alimentaire, préservation de la biodiversité, des terres agricoles et de la ressource en eau, One Health, adaptation des territoires au changement climatique. D’autres chantiers nous attendent aussi : développer l’innovation et la science ouverte avec les entreprises, les étudiants, les acteurs de terrain, renforcer la place de TETIS et de la Maison de la Télédétection au sein de MUSE et à l’international, poursuivre et récolter les fruits de nos engagements nationaux à la suite de GEOSUD dans Theia, DINAMIS et l’IR Data Terra, construire quelques terrains partagés propices à l’interdisciplinarité.
    Enfin, en terme de « contenant », la rénovation et l’extension de la Maison de la Télédétection nous avaient permis en 2016 de nous rassembler sur un même site, d’apprécier pleinement ce nouvel environnement de travail avec ses espaces dédiés à la formation et aux entreprises. Depuis, les succès aidant, nos effectifs n’ont cessé de croître. Les couloirs déserts de 2020 ne seront bientôt qu’un lointain souvenir … et c’est heureux. Nous allons désormais devoir (ré)apprendre à partager un espace de travail densément occupé malgré le renforcement probable du télétravail. Cela passera par des réaménagements de certains espaces, le partage des bureaux, de nouvelles modalités de travail individuelles et collectives. Imagination, solidarité et bienveillance seront les maîtres-mots pour réussir collectivement cette nouvelle normalité.
                                A bientôt pour cette nouvelle aventure à horizon 2025 ! 

  4. Projet GEOSUD

    Clôture le 27/12/2020

    Projet GEOSUD

    fin et suite 15 ans se sont écoulés...

     

     

    Quinze ans se sont écoulés depuis le montage du projet à la Maison de la Télédétection au milieu des années 2000 jusqu’à sa réunion de clôture le 27 novembre 2020. 
    Doté d’un budget total de 30 M€ (CPER puis PIA ANR/Equipex, partenaires Maison de la Télédétection), ce projet qui a réuni 13 partenaires a permis de financer l’extension de la MTD et le développement d’une Infrastructure nationale de Données et de Services autour de l’imagerie spatiale au service de la communauté scientifique, de l’action publique et de l’innovation.
    S’il fallait résumer GEOSUD en quelques chiffres, ce serait à la fin 2020 : plus de 120 personnes mobilisées, 586 structures adhérentes, 1200 comptes utilisateurs, 16000 images THRS acquises en licence multi-utilisateurs sur le monde entier, 10 couvertures annuelles du territoire national, 134 publications scientifiques, 35 chapitres d’ouvrages, 35 communications avec actes, 57 thèses, 64 stages de master ou d’ingénieurs, des supports pédagogiques adaptés à la formation à distance, un grand équipement technologique composé d’une station de réception satellitaire, de ressources de stockage et de calcul, d’applications logicielles.

    Pour TETIS, GEOSUD aura permis de tisser des liens étroits avec l’UMR EspaceDev, IGN, le CINES, le CNES, le CNRS, Open IG, le CEE-M, … et de nourrir des recherches méthodologiques et thématiques au sein du laboratoire. Parmi les dernières en date, on peut citer le développement d’un algorithme en IA/ML pour la tâche artificialisée France entière, la cartographie de l’occupation du sol de l’île de la Réunion avec la chaîne Moringa (https://agritrop.cirad.fr/591341/) ou encore, l’élaboration de méthodes pour mesurer les impacts socio-économiques d’infrastructures de données spatiales.
    Ce projet a aussi et surtout contribué à l’évolution du paysage national avec la création du pôle Theia en 2012, d’un consortium SPOT 6-7 de 6 partenaires en 2015 et la mise en place du dispositif DINAMIS en 2019 dans le cadre de l’Infrastructure de Recherche DataTerra.
    Son futur s’écrira désormais à travers ces nouveaux dispositifs.
    GEOSUD : http://www.equipex-geosud.fr
    Theia : https://www.theia-land.fr/
    DINAMIS : https://dinamis.data-terra.org/
    Data Terra : https://www.data-terra.org/

    Couverture nationale SPOT 6-7 2020. Contient des informations © Airbus DS/Spot Image2015, © Production IRD, INRAE, IGN, tous droits réservé

  5. EnGeoData 

    de la conférence DSAA'2020

    Le 09 octobre 2020Session spéciale EnGeoData

    Maguelonne Teisseire et Mathieu Roche accompagnés de collègues des Universités de Stanford (USA) et Curtin (Australie) ont animé la session spéciale EnGeoData (Environmental and Geo-Spatial Data Analytics) de la conférence DSAA'2020 (7th IEEE International Conference on Data Science and Advanced Analytics). Des exposés ont mis en lumière de nombreuses applications liées à l'analyse des données spatio-temporelles dans un environnement urbain et agricole. Par ailleurs, un exposé invité de William Wint (University of Oxford, GB) a mis en en lumière l'intérêt d'intégrer des données environnementales pour des tâches de veille épidémiologique dans un contexte One Health.